62. LES PRÈTRES DU MONASTÈRE


1 Quand un abbé demande qu'on ordonne un prêtre ou un diacre pour son monastère, il choisit parmi ses moines un frère digne de remplir les fonctions de prêtre.

2 Celui qui devient prêtre ou diacre fera bien attention à ne pas se croire grand et à ne pas devenir orgueilleux.

3 Il ne se permettra pas de faire quelque chose en dehors de ce que l'abbé lui commande. En effet, il le sait, il sera soumis encore davantage aux punitions prévues par la Règle.

4 Ce n'est pas parce qu'il est prêtre qu'il a le droit d'oublier l'obéissance à la Règle et à ses exigences. Mais il doit progresser vers Dieu de plus en plus.

5 Il considérera toujours que son rang est celui de son entrée au monastère.

6 Mais il y a deux exceptions : quand il célèbre l'Eucharistie, et si le choix de la communauté et la volonté de l'abbé décident de le placer plus haut parce que sa conduite le mérite.

7 Malgré tout, ce frère prêtre doit le savoir : il pratiquera la règle établie pour les doyens et pour les seconds du monastère.

8 S'il se permet d'agir autrement, on le jugera non pas comme un prêtre, mais comme un moine rebelle.

9 Si on l'a averti souvent et s'il ne change pas, alors on prendra l'évêque lui-même comme témoin.

10 Si, malgré tout, il ne se corrige pas, puisque tout le monde connaît ses fautes, on le mettra à la porte du monastère.

11 Mais pour qu'on arrive à cela, il faut qu'il soit vraiment têtu et qu'il refuse de se soumettre et d'obéir à la Règle.

[Retour à l'index]