38. LE LECTEUR DE SEMAINE


1 Pendant le repas des frères, la lecture ne doit jamais manquer. Et ce n'est pas au hasard qu'un frère prend le livre pour lire au réfectoire. Mais on nomme un frère qui lira pendant une semaine entière. Il commence le dimanche.

2 Après la messe et la communion, le lecteur qui va commencer la semaine demande à tous de prier pour lui, afin que Dieu le protège de l'orgueil.

3 Et à l'oratoire, trois fois de suite, il dit le début de ce verset : « Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange » (Psaume 50, 17). Tous le continuent après lui.

4 Et quand il a reçu la bénédiction, le lecteur commence la semaine.

5 Pendant le repas, on garde un silence complet. Ainsi on n'entend personne parler à voix basse ou à voix haute, on entend seulement celui qui lit.

6 Pour la nourriture ou la boisson, les frères se servent les uns les autres. Alors personne n'a besoin de rien demander.

7 Pourtant, si on a besoin de quelque chose, on le demande par un signe plutôt que par la parole.

8 Et pendant le repas, personne ne doit se permettre de poser des questions sur la lecture ou sur autre chose, et cela, pour éviter tout désordre.

9 Mais le supérieur peut dire quelques mots, s'il le veut, pour faire du bien aux frères.

10 Le lecteur de semaine boit du vin mélangé avec de l'eau, avant de commencer la lecture. Il fait ainsi à cause de la sainte communion, et pour que le jeûne ne soit pas trop fatigant.

11 Après la lecture, il prend son repas avec les cuisiniers et avec les frères qui ont servi à table.

12 Tous ne seront pas lecteurs ou chantres selon leur rang. On choisira seulement les frères qu'on peut écouter avec profit.

[Retour à l'index]