13 juin 1999 -- 11ème dimanche ordinaire "A"

H O M É L I E

Après le cycle pascal et les solennités qui suivirent (Trinité, Corpus Christi), les lectures des prochains dimanches nous rapporteront les consignes données par Jésus à ses Apôtres, en vue de leur mission. Celles d'aujourd'hui donnent d'emblée le ton.

Aussi bien dans l'Ancien que dans le Nouveau Testament, Dieu est préoccupé de l'ensemble du Peuple, et lorsqu'il choisit des intermédiaires, ce n'est précisément pour rien d'autre que pour qu'ils soient des intermédiaires entre lui et le peuple.

Ce n'est pas quelques individus choisis que Dieu a fait sortir d'Égypte, mais un Peuple entier, et c'est avec ce peuple qu'il veut établir une Alliance au Sinaï. S'il fait venir Moïse sur la montagne c'est pour lui confier un message pour le Peuple: "Tu diras à la maison de Jacob, et tu annonceras aux fils d'Israël". Cet Alliance est un geste d'amour de la part de Dieu, exigeant de la part du peuple la manifestation de ce même amour à travers l'obéissance. De ce peuple à la nuque raide, toujours grognard, souvent rebelle, Dieu s'occupera d'une façon très concrète: il lui donnera à manger et à boire dans le désert et le conduira vers une terre promise ruisselante de lait et de miel. Moïse est l'humble serviteur de Dieu et du Peuple, qui n'aura même pas le privilège d'entrer dans la terre promise

Dans l'Évangile, le choix des Apôtres n'est en aucune façon un privilège personnel, un honneur ou une récompense. Ce choix est motivé par la compassion de Jésus pour les foules fatiguées et abattues. Ce peuple a faim. Tout comme Dieu avait donné la manne en abondance à son Peuple dans l'Ancien Testament, Jésus a préparé le banquet de sa parole. Cette parole doit être moissonnée et distribuée au peuple. Les moissonneurs seront les Apôtres que Jésus s'est choisis. Leur mission est donc avant tout de distribuer le pain de la Parole, et même de le multiplier, comme leur Maître avait fait..

Jésus est préoccupé de tous les besoins de son peuple: non seulement le besoin de nourriture matérielle et spirituelle, mais aussi le besoin d'être libéré de toutes les formes concrètes d'esclavage. Aux Apôtres qu'il envoie, Jésus donne l'ordre non seulement de proclamer la bonne nouvelle (la moisson abondante), mais aussi de faire ce qu'il a fait lui-même: c'est-à-dire de guérir les malades, ressusciter les morts, purifier les lépreux, chasser les démons.

Nous devons résister au danger de dualisme qui voudrait que les prêtres et les religieux soient responsables des soins spirituels de leurs frères et les laïcs des soins matériels. Jésus ne fait jamais cette distinction dans son Évangile. C'est quand il voit les foules qui le suivent fatiguées et abattues, qu'il leur envoie les Apôtres. Nous sommes tous responsables de la personne intégrale de nos frères et de nos soeurs, dans toutes ses dimensions et avec tous ses besoins. Et si nous exerçons un ministère qui est plutôt de caractère spirituel cela ne nous confère aucune supériorité. Nous sommes tous les humbles serviteurs les uns des autres.

Jésus est l'unique Pasteur. Il est le pasteur des personnes totales, avec leurs besoins physiques et spirituels. Ceux qu'il choisit sont ses envoyés, ses apôtres, continuent sa mission à Lui, et en son nom; ils n'exercent pas une mission personnelle.