20 avril 2018-- vendredi de la 3ème semaine de Pâques

Ac 9, 1-20 ; Jean 6, 52-59

Prieuré de Ste-Bathilde, Vanves

 

H O M É L I E

 

           Lorsqu'on parle de conversion, nous pensons spontanément au passage d'une vie de péché à une vie de vertu.  Cela n'est cependant pas toujours le cas.  La conversion est quelque chose de plus profond.  Tout processus de croissance implique une conversion.  Dans le cas de Paul, la conversion a été une réorientation de son énergie.

 

           Paul n'était pas un criminel.  Il n'était pas un pécheur.  Il était, au contraire, un homme très religieux.  Il était un fidèle de Jahweh, un strict observateur de la loi, membre de la plus stricte école du Judaïsme.  Et parce qu'il était si radicalement engagé à sa cause religieuse, il était prêt à persécuter, même à mettre à mort, au nom de Dieu, tous ceux qu'il considérait les ennemis de Jahweh. Son problème était de penser qu'il possédait la vérité, qu'il possédait Dieu.  Il n'y avait aucune faille dans ses certitudes, aucune hésitation dans son engagement, aucune ombre de doute dans ses décisions.  Il était certain de voir ce que les autres ne pouvaient pas voir.

 

           La grâce de sa vie fut un jour de rencontrer la Lumière elle-même.  Et la Lumière le rendit aveugle à tout ce qu'il avait l'habitude de considérer comme la vérité.  Il tomba de ses grands chevaux!  Il ne vit pas Jésus.  Il ne vit personne et rien d'autre que la lumière qui l'aveugla.  Il était arrogant; mais au fond de lui-même il était aussi un homme humble.  Il reconnût immédiatement qu'il avait été vaincu par une puissance supérieure.  Soumis, il demanda:  "Qui es-tu, Maître?"  Et la Lumière lui dit:  "Je suis Jésus, que tu persécutes".

 

           À partir de ce moment Paul n'eut jamais aucun doute que Jésus était le Seigneur, Dieu.  Mais la grande révélation, celle qui changea radicalement la vie de Paul, fut que Dieu s'identifiait avec les petits, les persécutés. -- "Je suis Jésus, que tu persécutes!

 

           Dès ce moment, Paul fut un homme transformé, converti -- un autre homme.  Il n'avait plus de statut social dans le Judaïsme, et dans l'Église tous avaient peur de lui et se méfiaient de lui.  Il demeura un pèlerin sans racines toute sa vie, enraciné uniquement dans son amour du Christ.  Il fonda plusieurs églises locales, mais contrairement aux autres Apôtres, il ne fut jamais évêque d'aucune église locale.

 

           À nous aussi la conversion se présente lorsque Dieu entre dans nos vies de façon inattendue; à un moment, dans une place et d'une manière que nous n'aurions jamais soupçonnés.  Il nous rend aveugles -- à l'égard de nos certitudes et de l'image que nous avons de nous-mêmes, de nos images de Dieu et des images que nous avons des autres.  Si nous sommes alors assez humbles pour dire:  "Qui es-tu, Maître?", Il se révèle à nous d'une nouvelle façon et nous devenons une personne nouvelle, et nous commençons à voir le Christ dans des personnes en qui nous ne le voyions pas auparavant.  Tout et tous acquièrent alors une nouvelle beauté.

 

           Toute conversion commence par les yeux.  Lorsque nous voyons d'une façon différente, nous comprenons et nous aimons aussi d'une façon nouvelle. 

 

Armand Veilleux